Home / Literature  / Les lectures d’Olivier

Les lectures d’Olivier

Pensées de Pascal, 1669 Pour Pascal, l’homme est un roseau pensant. Destiné à l’origine à convaincre les libertins de la nécessité de croire en Dieu, le texte dépasse largement la simple apologie de la religion et s’adresse

Pensées de Pascal, 1669

Pour Pascal, l’homme est un roseau pensant.

Destiné à l’origine à convaincre les libertins de la nécessité de croire en Dieu, le texte dépasse largement la simple apologie de la religion et s’adresse à un public large puisque son principal sujet c’est l’Homme.

Entre l’absurde et le mystère, il faut faire un choix. Le fameux pari pascalien.

Journal d’un vieux fou de Jun’ichirô Tanizaki, 1980

Un roman sur les rapports entre Eros et Thanatos. Journal intime d’un vieil infirme qui tombe amoureux de sa belle-fille. Elle en profite pour monnayer ses services et satisfaire ses goûts de luxe.

Peu à peu, le vieillard s’isole et sombre dans le fétichisme.

On est partagé entre la répulsion et la pitié pour la détresse que subit ce vieillard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est une chose étrange à la fin que le monde de Jean d’Ormesson, 2010

 

Dans un style agréable et simple, Jean d’Ormesson livre sa réflexion sur Dieu, sur la vie et la progression de la science. C’est un roman sur la monde.

Pour d’Ormesson, deux questions priment : Dieu existe-t-il ? Qu’y a-t-il après la mort ?

Et comme disait Hamlet à Horatio, « il y’a plus de choses dans le ciel et sur la terre que n’en rêve votre philosophie ».

Compère Général Soleil de Jacques Stephen Alexis, 1955

(Titre original: General Sun, my brother)

C’est l’histoire de Hilarius Hilarion de Port-au-Prince, qui se retrouve en prison au sein de laquelle il fait la connaissance d’un communiste.

A sa sortie de prison, il se marie avec Claire-Heureuse qui lui donne un enfant. Leur vie de famille est affectée par les multiples problèmes socio-politiques qui traversent l’île. Des assassins fascistes finiront par tuer Hilarius Hilarion.

Ce roman de Jacques Stephen Alexis est l’histoire de tout un peuple et finalement, celle de toute la condition humaine « naître, souffrir et puis mourir ».

 

La fête au bouc de Mario Vargas Llosa, 2000

 

La République dominicaine s’est trouvée de 1930 à 1961 sous le pouvoir de Rafael Leonidas Trujillo, un des pires dictateurs du continent américain.

L’écrivain péruvien retrace le parcours de ce sinistre personnage caribéen.

« La fête au bouc » est une œuvre majeure en immersion dans un système politique nauséeux qui va aboutir au massacre du peuple haïtien vivant en République dominicaine ; ce qu’on appellera « le massacre du persil ».

 

Olivier Mulumba

Ergothérapeute et passionné de littérature

 

 

admin@mamboleo.org

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT